logo

Michèle Tadjo

Biographie

Née dans un petit village de Côte d’Or en France, de parents notables de la région bourguignonne, Michèle très tôt se rebelle et se montre réfractaire aux conventions bourgeoises de la vie provinciale. Elle étudie le modelage et la sculpture dans l’atelier de Maître Hubert Yencesse à Dijon puis entre, en 1950, à l’école des Arts appliqués de Paris.

C’est à Paris qu’elle rencontre et épouse Joseph Tadjo Ehoué, jeune étudiant ivoirien, avec qui elle aura deux enfants.  En 1956 la famille s’établit en Côte d’Ivoire où Michèle cherchera sa place au sein d’une société encore divisée par le lourd passé colonial dans la période également euphorique qui précède l’indépendance.

Elle reprend ses études aux Beaux-Arts d’Abidjan et prépare simultanément le diplôme supérieur français de peinture qu’elle obtient à Marseille.

Le premier Festival mondial des Arts Nègres (1966) bouleverse sa vision artistique.  Elle est éblouie par la richesse de la créativité africaine. 

Enseignante, elle décide en 1973 de se consacrer entièrement à son art.  En premier lieu avec la peinture puis la sculpture à partir de 1987. Ses créations sont réalisées en tôles à laquelle l’inox et le cuivre s‘ajoutent parfois.  

Son travail sur l’oxydation des métaux enrichit la texture de ses œuvres ; elle joue avec l’équilibre des formes, trouve de la beauté dans les rejets. Soucieuse de laisser son empreinte dans l’environnement urbain, Michèle crée des sculptures monumentales dans l’espace public et enrichit sa production de mobilier design et de bijoux sculptures.  

En mouvement perpétuel, l’Art de Michèle Tadjo est un voyage, allant du passé au présent, de l’Europe à l’Afrique.  Ses modes d’expression, en apparence contraires, allient le souple et le dur, le formel et l’insolent, le brut et le précieux, construisant ainsi un monde parallèle mais tangible dans sa cohésion. Elle aura exposé principalement en France et en Côte d’Ivoire.

À la fois féminins et puissants, les bijoux de Michèle Tadjo réapparaissent pour l’exposition « Tadjo & Tadjo ».  Ils sont en fer sur lequel elle coule du cuivre, provoque des oxydations. Chaque pièce est une sculpture unique à poser ou à porter, le corps n’est alors qu’un support. Inspirés de l’Art traditionnel Africain ou influencés par la sculpture, ces objets précieux racontent l’histoire de Michèle, et transmettent émotion et souvenirs. 

Oeuvres choisies

Petit collier doré Fer oxydé et coulures de bronze, Michèle Tadjo 1990-1998

Collier à trois feuilles Fer oxydé et coulures de bronze, Michèle Tadjo 1990-1998

Broche Fer oxydé et coulures de bronze, Michèle Tadjo 1990-1998

Bracelets guerrier, Fer oxydé et coulures de bronze, Michèle Tadjo 1990-1998

Comments are closed.